COMMUNIQUÉ

Plan gouvernemental en santé

 

Un plan qui reconnaît le rôle-clé des partenaires privés pour moderniser notre système de santé, selon la FCCQ et la CCIBFE

 

Victoriaville, le 30 mars 2022 – La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et la Chambre de commerce et d’industrie des Bois-Francs et de L’Érable soulignent que le plan de modernisation du système de santé présenté hier par le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, accorde une place importante aux multiples contributions du secteur privé.

« Avec son plan annoncé aujourd’hui, le gouvernement du Québec adopte une approche lucide : pour véritablement moderniser notre système de santé, il faut mettre à contribution tous les intervenants du réseau, y compris le secteur privé. Depuis de nombreuses années, le constat est clair : le secteur privé tend à permettre une diversification de l’offre, un accès accru aux soins et une réduction des temps d’attente menant à une diminution de l’engorgement dans le secteur public », a affirmé Charles Milliard, président-directeur général de la FCCQ, qui était d’ailleurs sur place lors de l’annonce.

« Au Québec, le secteur privé joue le rôle de partenaire intégré du système de santé, contribuant aussi bien à la prestation efficace de soins de qualité qu’à son développement économique. Nous sommes satisfaits de constater que le gouvernement prend acte de cette réalité et compte agir en ce sens », a poursuivi Charles Milliard.

La FCCQ et la CCIBFE notent qu’en matière d’accessibilité, le plan du ministre Dubé comprend notamment le recours accru aux services de télésanté ainsi que davantage d’autonomie professionnelle pour les pharmaciens. Ce sont deux exemples de mesures qui répondent aux besoins de la population et qui témoignent de l’apport du secteur privé dans l’amélioration du système de santé. Les principes d’innovation, incluant le rôle accru du privé, ainsi que d’efficacité mis de l’avant  dans ce plan sont également bien accueillis par le milieu économique québécois. 

Les données, pilier de la modernisation du système

« Un des piliers de la modernisation de notre système de santé est incontestablement d’arriver enfin au 21e siècle en matière d’utilisation des données de santé afin d’améliorer tant la qualité des soins que la recherche biomédicale. D’ailleurs, le projet de loi 19 constitue, selon nous, un pas important afin de rattraper ce retard et ainsi déverrouiller le plein potentiel qu’offre la révolution des données massives pour améliorer l’efficacité de notre réseau de la santé et des services sociaux. Nous souhaitons que les parlementaires abordent l’enjeu de l’utilisation des données de santé avec toute la gravité qu’il mérite. Le Québec accuse un retard important dans ce domaine par rapport à d’autres juridictions qui sont pourtant comparables à nous en bien des aspects, c’est-à-dire des sociétés démocratiques et prospères dotées d’un système de santé universel », a souligné M. Milliard.

La pandémie a démontré la contribution importante du privé en santé

« Les deux dernières années ont été extrêmement éprouvantes pour la population, pour le système de santé et pour l’économie. En ces temps de crise, le gouvernement a fait appel à la contribution de tous les pans de la société et le secteur privé a encore une fois démontré toute la panoplie de services qu’il peut rendre à notre système de santé universel. Des entreprises technologiques ont mis au point des solutions pour rendre plus efficace la prise de rendez-vous et pour faciliter le recours à la télémédecine. Des cliniques privées ont additionné leurs capacités à celles du secteur public pour effectuer des chirurgies qui avaient dû être retardées. Les pharmacies ont participé aux campagnes de vaccination et de distribution de tests rapides. Nous n’avons pas le luxe de nous priver de ces ressources précieuses; au contraire, il faut mettre tout le monde à contribution pour enfin changer les choses », a indiqué M. Milliard.

« Nous saluons la volonté du gouvernement de mobiliser toutes les ressources dont dispose les régions des Bois-Francs et de L’Érable, notamment le secteur privé et les soins à domicile. Nous attendons avec impatience un plan clair concernant la décentralisation du système de santé pour ramener les opérations du réseau vers les régions. Nous souhaitons également la réalisation de l’agrandissement de l’hôtel-Dieu d’Arthabaska dans les plus brefs délais », a indiqué M. Robert Béliveau, président de la CCIBFE. 

Étude FCCQ sur le secteur privé en santé

Dans une étude publiée en 2018, la FCCQ proposait déjà deux avenues de développement interreliées. D’abord, les bases de données sur les résultats d’exploitation, l’emploi, l’investissement et les activités (patients traités, temps d’attente, coût par intervention, etc.) devraient être développées et bonifiées, aussi bien pour le secteur privé que le secteur public, de façon à permettre un meilleur suivi des activités et de leur rendement économique. Ensuite, il serait opportun d’examiner et d’approfondir les multiples partenariats public-privé existant déjà dans tous les sous-segments de la santé, de manière à optimiser la collaboration et le dégagement d’avantages économiques issus des forces respectives des secteurs public et privé. Naturellement, de meilleures données sur leurs activités et leurs résultats contribueraient directement à faciliter des collaborations plus étroites entre les deux.

 

 

-30-

 

  

Renseignements : 

FCCQ
Laurent Corbeil
Conseiller aux communications et attaché de presse
Fédération des chambres de commerce du Québec 
Laurent.corbeil@fccq.ca  
T. 514 844-9571 poste 3602 | C. 514-827-3723

 

CCIBFE
Stéphanie Allard
Directrice générale
Chambre de commerce et d’industrie des Bois-Francs et de L’Érable
dg@ccibfe.com
T. 819 758-6371
Retour à la liste