Nouvelles

Pour une gestion ordonnée du Nord québécois


Pour une gestion ordonnée des ressources du Nord québécois

 
Victoriaville, le 22 octobre 2014 – De passage à la commission sur le projet de loi 11 sur la Société du Plan Nord, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) a réitéré son appui à la création d’une organisation vouée à la mise en valeur des ressources naturelles du Nord du Québec. « La mise en place de cette société lance un appel fort aux investisseurs et aux promoteurs sur la volonté du gouvernement de favoriser le développement coordonné de ce territoire, tout en tenant compte du bien commun de l’ensemble des Québécois et des besoins spécifiques des populations locales », affirme la présidente-directrice générale, Françoise Bertrand.

«La Chambre de commerce et d’industrie Bois-Francs-Érable va dans le même sens et est heureuse que la FCCQ déploie autant d’énergie dans ce dossier.» raconte Mme Virginie Bonura, présidente de la CCIBFE.

Cette société devra permettre de coordonner l’action et de gérer la complexité associée à la réalisation d’activités économiques en milieu nordique. Elle devra agir comme chef d’orchestre pour favoriser une concertation efficace entre les populations locales et les différents organismes gouvernementaux et ministères impliqués dans les projets. Par le leadership qu’elle exerce, cette société peut envoyer le signal aux investisseurs et promoteurs que le développement s’opère de façon coordonnée et rationnelle.

De plus, la société doit agir comme un véritable guichet unique, afin d’accueillir les projets de développement et suivre étroitement leur cheminement dans l’appareil étatique. « Un guichet unique permettrait d’éviter les goulots d’étranglement et les délais indus de traitement des demandes dans le dédale d’organismes et ministères impliqués. Un des irritants pour les promoteurs est le nombre important d’interlocuteurs et la multiplication pas toujours justifiée des permis, ce qui rend les processus d’approbation souvent complexes et lourds », poursuivent Mme Bertrand et Mme Bonura. Le gouvernement doit s’inspirer de la triste leçon de l’entreprise Strateco, qui s’est vue refuser son permis d'exploration avancée d’une mine d’uranium par une décision arbitraire d’un ministre, alors qu’elle détenait déjà toutes les autorisations et avait investi plus de 125 millions de dollars dans le projet.

La FCCQ tient aussi à souligner l’importance de la création d’un bureau de commercialisation qui peut devenir un point de chute pour les entreprises qui souhaitent investir dans le Nord. « Le réseau des chambres de commerce peut être mis à contribution à l’établissement d’une telle institution afin de créer un lien entre les donneurs d’ordre et les entreprises québécoises. Cette synergie permettra non seulement d’engendrer des retombées économiques sur le plan local et national, mais aussi d’entretenir une expertise entièrement québécoise » selon Mme Bertrand.

«Plusieurs entreprises membres de la CCIBFE participent déjà au plan Nord. Le projet de loi vient soutenir et facilite l’accès à l’information. Également, il permet de diminuer les longs processus administratifs pour l’obtention de divers permis.» ajoute la présidente de la CCIBFE, Mme Virginie Bonura.

La société devra agir aussi comme facilitateur de développement et accompagner les communautés locales et les entreprises durant les discussions entourant les projets, afin de fixer les balises à respecter pour la mise en valeur durable de ressources naturelles d’un territoire. Elle devra permettre d’encadrer autant les promoteurs et les entreprises que les intervenants, les populations locales et les lobbyistes. Enfin, elle devra s’assurer que les projets de développement remplissent efficacement les exigences des trois volets du développement durable, en alliant de façon équilibrée le développement économique au respect des communautés et de l’environnement.

« La Société du Plan Nord peut apporter de la rigueur, de la discipline et de la prévisibilité dans le traitement des projets d’investissement dans cette vaste région du Québec, et nous en avons grandement besoin », concluent Mme Bertrand et Mme Bonura, qui invitent les parlementaires à adopter le projet de loi 11 sans plus tarder.

Pour consulter le mémoire de la FCCQ, veuillez cliquer sur le lien suivant : www.fccq.ca/pdf/general/Memoire_FCCQ_Societe-du-Plan-Nord.pdf 
 
À propos de la FCCQ

Grâce à son vaste réseau de plus de 140 chambres de commerce et 1 100 membres corporatifs, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) représente plus de 60 000 entreprises et 150 000 gens d’affaires exerçant leurs activités dans tous les secteurs de l’économie et sur l’ensemble du territoire québécois. Plus important réseau de gens d’affaires et d’entreprises du Québec, la FCCQ est à la fois une fédération de chambres de commerce et une chambre de commerce provinciale. Ses membres, qu’ils soient chambres ou entreprises, poursuivent tous le même but : favoriser un environnement d’affaires innovant et concurrentiel.

À propos de la CCIBFE

La Chambre de commerce et d’industrie Bois-Francs - Érable représente au total 1278 membres, dont 1003 entreprises. Grâce à l’exercice de son leadership, elle exerce une influence décisionnelle régionale et améliore la vie économique d’ici et assure la liberté d’entreprendre.

Renseignements :
Camilla Sironi
Conseillère aux communications
Fédération des chambres de commerce du Québec
Cell : 514 647-4745 camilla.sironi@fccq.ca

Source : Chambre de commerce et d’industrie Bois-Francs-Érable
Renseignements : Josée Desharnais - 819-758-6371