Nouvelles

LÉGALISATION DU CANNABIS: Assumer les risques sans en avoir les moyens, disent la FCCQ et la CCIBFE

Victoriaville, le 7 septembre 2017 – « La nouvelle légalisation du cannabis annoncée par le gouvernement fédéral nous préoccupe en raison de l’impact qu’elle aura sur les entreprises en matière de santé et sécurité en milieu de travail et du fardeau qu’elle leur imposera. Les projets de loi fédéraux C-45 et C-46 placeront les employeurs dans une situation intenable, puisqu’ils ont l’ultime responsabilité en matière de maintien de la sécurité des employés, mais ne disposeront pas des moyens nécessaires pour s’acquitter efficacement de leurs obligations », affirment Stéphane Forget, président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et Gabriel Gagnon président de la Chambre de commerce Bois-Francs Érable.

Devant les membres de la Consultation régionale sur l’encadrement de la légalisation du cannabis la FCCQ a présenté ses recommandations en lien avec son mémoire sur le sujet. Elle a rappelé que les limites technologiques de détection des psychotropes chez les employés, l’obligation de respecter leurs droits fondamentaux à la vie privée et les responsabilités des employeurs au niveau de la CNESST et du Code criminel concernant les lieux de travail sécuritaires font en sorte que tout le poids juridique, financier et opérationnel repose sur ces derniers, mais ne leur concèdent aucun moyen de contrôle.

Afin d’éviter une charge indue et déraisonnée sur les employeurs et de minimiser les impacts sur la productivité, l’absentéisme, les accidents de travail ou les accidents sur la route, la FCCQ et la CCIBFE  suggèrent notamment de fixer l’âge minimal de consommation légale du cannabis à 21 ans, l’investissement dans la recherche et le développement d’outils de dépistage et l’accès à ces outils, le partage des coûts avec la RAMQ, la responsabilisation des employés et l’implantation de mesures juridiques qui protégeraient mieux les employeurs. Les commentaires, mises en garde et recommandations dans ce contexte sont détaillés dans le mémoire.

 « Les employeurs québécois sont investis dans la création de milieux de travail sécuritaires; leurs préoccupations en matière de santé et sécurité sont réelles et sans ambiguïté dans tous les secteurs de l’économie. Il importe que la législation réponde à leurs réalités et leur donne les outils essentiels à l’exercice de leurs responsabilités », conclut Stéphane Forget et Gabriel Gagnon.

 

Renseignements :

Josée Desharnais
Directrice générale
CCIBFE
819-758-6371

 

Marie-Odile Pinet
Conseillère aux communications
Fédération des chambres de commerce du Québec
514-844-9571, poste 3227